Le défibrillateur est un appareil qui sauve des vies à conditions de savoir s’en servir. Son usage est destiné à provoquer un choc électrique externe pour remettre en activité le cœur d’une personne en arrêt cardio-respiratoire. Le défibrillateur automatique est un appareil portable permettant de pratiquer une défibrillation sans pour autant disposer de connaissance médicale.

Il existe un défibrillateur externe et un défibrillateur implantable. Le défibrillateur semi automatique externe (DAE) a été conçu pour être utilisé par du personnel non médical, en suivant juste les instructions mentionnées. Il suffit de placer les électrodes sur le thorax de la victime cardiaque et le déclencher après avoir déterminé le type de fréquence cardiaque adéquat. Depuis la signature d’un décret paru en mai 2007, toute personne, même hors corps médical, est habilitée à utiliser un défibrillateur ce qui permet au témoin d’un accident cardiaque d’intervenir avant l’arrivée des équipes de secours en augmentant ainsi ses chances de survie.

Défibrillateur : Comment s’en servir ?

Le défibrillateur que vous pouvez parfois trouver dans les lieux publics est destiné à prodiguer les premiers secours à une personne cardiaque. Le défibrillateur permet de :

  • Faire une analyse de l’activité cardiaque d’une personne en arrêt cardio-respiratoire
  • D’éviter au témoin toute prise de décision avant son utilisation
  • Envoyer un choc électrique si l’appareil constate une fibrillation cardiaque
  • Relancer le rythme cardiaque de la victime en attendant l’équipe médicalisée

Le défibrillateur automatisé externe est un dispositif électronique portable pouvant diagnostiquer une arythmie cardiaque et la tachycardie vasculaire. Pour s’en servir il suffit d’appliquer les électrodes d’enclencher ensuite le défibrillateur pour arrêter l’arythmie.

Défibrillateur : Faut-il être médecin pour s’en servir ?

Il est considéré par le corps médical qu’un enfant de 14 ans est en mesure d’utiliser un défibrillateur, ce qui n’empêche pas, et c’est d’ailleurs recommandé, d’appeler les secours médicalisés et de procéder à un massage cardiaque avant. Les chiffres donnent froid dans le dos, 50.000 personnes décèderaient d’un arrêt cardiaque hors milieu hospitalier, ce qui équivaut à 130 décès au quotidien. Les médecins estiment qu’un tiers de ces décès pourraient être évités avec une formation aux premiers secours à l’adresse du grand public avec initiation au massage cardiaque ainsi qu’à l’utilisation du défibrillateur. Un appareil que l’on retrouve de plus en plus fréquemment dans les lieux publics mais peu de personnes encore savent s’en servir, alors que 70% des accidents cardiaques surviennent en présence de témoins.

Des témoins souvent désemparés face à une victime qui pourrait être rapidement hors de danger pour peu qu’elle reçoive les premiers secours en temps opportun. En France, selon la Fédération Française de Cardiologie, 30% des français sont formés pour intervenir dans les premiers secours, un chiffre minime comparé à la Norvège où 95% des habitants sont formés dans ce domaine.

La suite par ici :